Quels insectes faut-il garder dans votre jardin ?

L’entretien d’un jardin demande du soin et du dévouement, surtout en ce qui concerne l’action des agents extérieurs, tels que les parasites et les champignons. Tous deux peuvent présenter des risques pour la santé des plantes, en détruisant les fleurs et les feuilles. Dans ce contexte, l’un des exemples les plus redoutés est celui des insectes, de petits animaux volants très répandus dans les environnements extérieurs. Mais saviez-vous qu’en fait, certains insectes peuvent contribuer au bon développement du jardin ? Bien que certains représentent un danger pour l’espace et les espèces, d’autres peuvent, en fait, être vos grands alliés. Découvrez, dans cet article, quels sont les insectes qu’il est bon d’avoir autour de son jardin !

1. L’abeille

L’abeille est l’un des insectes les plus bénéfiques pour le jardin. L’abeille est connue comme le principal des insectes alliés des jardins. Ceci est notamment dû au protagonisme qu’elle joue dans le processus de pollinisation des fleurs. Les abeilles recherchent le nectar des plantes et transmettent le pollen de fleur en fleur, contribuant ainsi au processus de reproduction de l’espèce. Elles sont très bénéfiques et jouent un rôle fondamental dans le bon développement des jardins, c’est pourquoi il faut toujours les garder près de soi !

2. La guêpe

Les guêpes, qui appartiennent à la famille des abeilles, peuvent également être considérées comme l’un des insectes bénéfiques pour la production des potagers et des jardins. Bien qu’elles soient redoutées, elles présentent de nombreux avantages pour le maintien d’une bonne plantation. Les guêpes se nourrissent d’autres insectes, de chenilles et d’araignées, ce qui contribue à prévenir l’action de ces agents dangereux. Ces insectes doivent être conservés afin d’éviter des dommages plus importants pour la santé de leur espèce.

3. La coccinelle

Le scarabée rouge, populairement connu sous le nom de coccinelle, est un autre grand exemple d’insecte qu’il convient de conserver dans les jardins. En effet, cette espèce se caractérise comme un grand chasseur de pucerons, de vers blancs et de cochenilles, trois des ravageurs de cultures les plus redoutés. Les coccinelles, sous-estimées en raison de leur petite taille, n’ont que des avantages : elles ne présentent pas de risques pour la santé des plantes et contribuent à la lutte biologique dans le jardin. Le plus intéressant est qu’elles aident à cette lutte puisqu’elles sont des larves : les placer au milieu des feuilles des plantes est donc une attitude intelligente pour la prévention des ravageurs.

4. La libellule

Les potagers et les jardins peuvent grandement bénéficier de la présence de libellules, car ces insectes sont d’excellents prédateurs. Dans le contexte des jardins, les libellules se trouvent au sommet de la chaîne alimentaire et profitent surtout des autres insectes. Ce type d’insecte permet de maintenir un contrôle biologique dans le jardin sans endommager ou nuire aux espèces. Ainsi, assurer la présence de libellules dans votre espace, c’est aussi s’assurer que les plantes auront la liberté de se développer sainement.

5. La mante religieuse

La mante religieuse est un insecte totalement inoffensif pour les jardins, elle peut donc cohabiter pacifiquement dans ce type d’espace. Elle ne se nourrit pas de plantes et peut être un bon prédateur pour d’autres insectes et ravageurs plus petits qu’elle. Bien que la mante religieuse soit souvent confondue avec les sauterelles et les grillons, il est important de rappeler qu’elle n’est ni dangereuse ni toxique. Bien qu’ils soient considérés comme le plus grand ennemi du jardin, de nombreux insectes jouent un rôle fondamental dans le bon développement de ces milieux. Qu’ils jouent le rôle de pollinisateurs ou de ravageurs, ils peuvent faire une grande différence dans les résultats et la santé des plantes. Tenir à l’écart les bons insectes peut en fait devenir un grand risque ! Avant d’essayer d’éliminer ces visiteurs de votre jardin, vous devez donc connaître les avantages et les risques possibles de chaque espèce.